If I Must Die...

If I must die

by Refaat Alareer (1979 - 2023)

If I must die,

you must live

to tell my story

to sell my things

to buy a piece of cloth

and some strings,

(make it white with a long tail)

so that a child, somewhere in Gaza

while looking heaven in the eye

awaiting his dad who left in a blaze–

and bid no one farewell

not even to his flesh

not even to himself–

sees the kite, my kite you made, flying up above

and thinks for a moment an angel is there

bringing back love

If I must die

let it bring hope

let it be a tale

Award-winning actor Brian Cox recites Refaat Alareer's 'If I Must Die'

Si je dois mourir

Translated to French by @politicxt

si je dois mourir

vous devez vivre

pour raconter mon histoire

pour vendre mes choses

pour acheter un morceau de tissu

et quelques fils [pour faire un cerf-volant]

(faites qu'il soit blanc avec une longue queue)

pour qu'un enfant, quelque part à gaza, alors qu'il regarde le paradis dans les yeux, en attendant son père qui est parti dans la gloire [dans le feu/dans une explosion]—

et qui n'a pas pu dire adieu

pas même à sa chaire [sa famille/son corps]

pas même à lui-même—

voie le cerf-volant, le cerf-volant que tu as fait en mon nom, voler dans les cieux

et [qu'il] pense, pour un instant, qu'un ange est là

ramenant l'amour

si je dois mourir

[que ma mort] amène l'espoir

[que ma mort] devienne un conte


Select poem translation

A poem by Refaat Alareer.